L’éclairage LED

Passons aux LED

La LED est la plus grande révolution qu’ait connu l’éclairage depuis l’ampoule électrique.

 

Elles ont une durée de vie de plus de 20 ans et consomment beaucoup moins que les ampoules classiques. Le choix idéal, tant en matière de durabilité que de fonctionnalité.

Son histoire commence en 1907, lorsque H. J. Round découvre la première émission de lumière par un semi-conducteur. Ce n’est qu’en 1927 que O. V; Losev dépose le premier brevet de ce qui, bien plus tard, sera appelé une diode électroluminescente ( Light Emitting Diode ou LED ).

Le rendement lumineux, selon les types de diodes, est variable, généralement compris entre 20 lm/W ( Bleu ) et 100 lm/W ( Verte ), est atteint en laboratoire les 200 lm/W.

Les efforts colossaux effectués en recherche et développement pour les LED blanches leurs ont permis d’être aussi efficace ( voir plus ) que les LED de couleurs.


Comparatif

 

Technologie


Ampoule incandescente

 

Ampoule LED

Rendement (lumen/watt)


12 – 20 lm/W

 

30 – 140 lm/W

Durée de vie (heures)


1000 – 1200 H

 

20 000 – 50 000 H



Une économie supérieure à 70 %


Une durée de vie 40x plus longue

 

Réglementation concernant la classe énergétique des lampes

  • Directive Européenne EuP sur les produits d’éclairage à LED

La directive 2005/32/EC, dite EuP ( Ecodesign requirements for Energy Using Products), est une directive cadre qui fixe les grands principes d’éco-conception des produits consomateurs d’énergie.

Depuis le printemps 2009, un réglement a été approuvé pour définir une interdiction progressive des lampes les plus énergivores, en fonction de leur classe énergétique et de leur technologie. 

Depuis le 1er septembre 2009, les lampes à incandescence non claires (ampoules dépolies) sont bannies. L’interidction portera ensuite progressivement sur les autres types de lampes non-directionnelles de classe D et supérieur à D.

  • Normes relatives aux performances lumineuses de l’installation d’éclairage

 Quelles que soient les technologies d’éclairages considérées, les installations d’éclairage doivent remplir des critères fondamentaux pour assure le bien-être et la sécurité des usagers, tout en étant respectueuses des performances énergétiques et des nuisances lumineuses. Ces critères sont décrits dans les normes européennes et françaises d’éclairagisme. Les normes spécifient notamment des critères d’éclairement moyen à maintenir, de confort visuel et de qualité de la lumière.

C’est pourquoi il est primordial pour Light Eco Distribution lors de chaque développement de solution d’éclairage à LED d’examiner l’ensemble des critères suivant lors d’installation dans le secteur professionnel:

  1. éclairement moyen à maintenir sur la tâche de travail
  2. indice d’éblouissement unifié (UGR) limite
  3. uniformité de l’éclairement
  4. indice de rendu des couleurs minimal

Les certifications de bâtiments, comme la certification HQE en France, donnent également des critères très précis sur l’installation d’éclairage électrique, en termes de température de couleur, d’indice de rendu de couleur et d’éclairement à maintenir.

  • Étiquetage

La directive européenne 98/11/CE impose le marquage de la classe énergétique des lampes à usage domestique (classe A à G). Le marquage comprend également le flux lumineux de la lampe, la puissance électrique et la durée de vie nominale. La détermination de la classe énergétique est effectuée conformément à la norme NF EN 50285 (NF EN 50285, 2000).

Normalisation européenne relative aux systèmes d'éclairage à LED

  • Normes de compatibilité électromagnétique (CEM)

Les prescription de CEM valables pour les produits d’éclairage, qu’ils soient à LED ou non, sont données dans des normes européennes établies par le CENELEC.

La norme NF EN 61000-3-2 incite les fabricants à limiter l’émission de courants harmoniques sur le secteur.Les amendements A14 et A2 définissent une exigence générale de limitation du taux de distorsion harmonique (THD) du courant d’alimentation. L’amendement A2 de la norme NF EN 61000-3-2 a maintenant rendu obligatoire des critères précis sur la déformation du courant alternatif y compris pour les systèmes d’éclairage dont la puissance active d’entrée est inférieure à 25 W (pour lesquels il n’existait pas d’exigences normatives avant 2009.

Il convient à présent de vérifier que l’amplitude du courant harmonique de rang 3, exprimée en pourcentage du courant fondamental, ne dépasse pas 86 % et que l’amplitude du courant harmonique de rang 5 ne dépasse 61 %.
Les lampes à LED n’étaient pas soumises à ces prescriptions avant 2009, ce qui à pu poser un certain nombre de problème dans les réseaux et les systèmes de distribution électriques, monophasés ou triphasés : pas de maîtrise de la puissance réactive, défaillances et surchauffes d’équipements de puissance provoqués par les courant harmoniques, etc.

Les autres normes CEM intéressant l’éclairage à LED sont la NF EN 61000-3-3, la norme NF EN 61547 portant sur les prescriptions d’immunité CEM pour les équipements d’éclairage général et la norme NF EN 55015 portant sur les perturbations radioélectriques produites par les appareils électriques d’éclairage.

  • Directives eurpéennes CEM et « basse tension »

La directive européenne CEM en vigueur a été transposée en décret français en 2006 (n°2006-1278) qui a pour objectif de limiter les risques de perturbations électromagnétiques des équipements électriques et électroniques, tout en garantissant leur libre circulation dans l’Union Européenne. L’évaluation de la conformité aux normes CEM s’appliquant au équipements considérés est laissée à la responsabilité du fabricant. C’est pourquoi les produits Light Eco Distribution fait sont qualifié par différents  organismes officiellement notifiés.

La directive basse tension (BT 2006/95/CE) couvre les risques résultants de l’utilisation de matériel électrique. Les appareils doivent permettre un raccordement fiable, disposer d’une isolation et d’une protection adaptée, ne pas reproduire des températures, arcs ou rayonnements dangereux. La directive BT devant également garantir la prise en compte de tous les risques non électriques, c’est pour cela que Light Eco Distribution examine avec attention les problématiques d’exposition des personnes aux champs électromagnétiques et aux rayonnements optiques (risques photo-biologiques). Notre attestation de conformité à la directive BT est une déclaration de conformité faisant appel à laboratoire tiers. Le suivi de production est obligatoire dans le cadre de la directive BT.